Enjeux identitaires en mutation

Europe et bassin méditerranéen

Dynamiques citoyennes en Europe / Citizenship Dynamics in Europe Band 3

Die Leseprobe wird geladen.
Buch (Taschenbuch, Französisch)
Buch (Taschenbuch, Französisch)
Fr. 118.00
Fr. 118.00
inkl. gesetzl. MwSt.
inkl. gesetzl. MwSt.
Versandfertig innert 1 - 2 Werktagen Versandkostenfrei
Versandfertig innert 1 - 2 Werktagen
Versandkostenfrei

Weitere Formate

Taschenbuch

Fr. 118.00

Accordion öffnen

eBook

ab Fr. 118.90

Accordion öffnen

Beschreibung

Les travaux réunis ici sont les fruits de deux rencontres entre chercheurs tunisiens et français : la première au Centre d’Etudes et de Recherches Economiques et Sociales de Tunis à Tunis en mai 2010 et la deuxième à la Maison des Sciences de l’Homme Ange Guépin à Nantes en juin 2011.

Le concept d’une « identité » nationale ou ethnique (et l’assimilation de l’une à l’autre) est bâti, en particulier au XIXe siècle en Europe, sur la base des histoires de « nations » dont on cherchait les origines dans l’antiquité. Certains des travaux réunis ici mettent en lumière les processus de constructions d’identités nationales au XIXe siècle, que ce soit l’idée les visions nationalistes de l’histoire française, ou la tension, dans la Tunisie du protectorat, entre identité « nationale » tunisienne, identités arabes ou musulmanes, et la réalité du protectorat français. Ce sont les moments d’implosion ou de démantèlement de grandes unités transnationales qui exige un travail sur des identités nationales soit nouvelles, soit anciennes mais remises au goût du jour et revêtues d’une importance accrue : la décolonisation, puis l’implosion de l’URSS ont donné lieu à de nouvelles constructions identitaires plus ou moins solides. Si en France comme en Tunisie des questions d’« identité » politique, nationale, religieuse, font l’objet d’interrogations et de polémiques, les essais réunis ici nous permettent de prendre du recul et de mettre ces phénomènes en perspective.

John Tolan est professeur d’histoire à l’Université de Nantes et membre de l’Academia Europaea ; il s’intéresse aux échanges interculturels et interreligieux au moyen âge.

Hassen El Annabi, professeur d’histoire moderne à l’Université de Tunis. Ses travaux portent sur l’histoire sociale de la France d’Ancien Régime ; il s’intéresse aussi aux récits des voyageurs européens en Tunisie.

Dr Benaouda Lebdai est Professeur des Universités à l’université du Maine, Le Mans. Spécialiste de littératures coloniales et postcoloniales, il a publié de nombreux ouvrages dans ce domaine.

Franck Laurent est professeur de littérature française à l’université du Maine, où il dirige le laboratoire Langues, Littératures, Linguistique des universités d’Angers et du Maine (3L.AM - EA 4335). Ses travaux portent principalement sur la littérature romantique dans ses rapports à l’histoire et à la politique, ainsi que sur l’orientalisme et les cultures coloniales.

Günter Krause est membre du Centre Atlantique de Philosophie de l’Université de Nantes ; il est spécialiste de littérature et philosophie allemande.

Produktdetails

Einband Taschenbuch
Erscheinungsdatum 14.01.2014
Verlag Peter Lang AG, Internationaler Verlag der Wissenschaften
Seitenzahl 316
Maße (L/B/H) 22.5/15.5/1.7 cm
Gewicht 480 g
Sprache Französisch
ISBN 978-3-0343-1480-0

Weitere Bände von Dynamiques citoyennes en Europe / Citizenship Dynamics in Europe

Kundenbewertungen

Es wurden noch keine Bewertungen geschrieben.
  • artikelbild-0
  • Contenu : Hassen El-Annabi : De la nation à l’union d’Etats : voyage dans les méandres de l’identité – Yahya El-Ghoul : Identité et nationalité dans la Tunisie contemporaine, 1861-1963 – Abdelkrim Mejri : Les enjeux de la nationalité des étrangers dans la Tunisie coloniale : du Senatus-consulte aux décrets de la naturalisation (1865-1923) – Laurent Bazin : Idéologies de l’identité nationale et formes de citoyenneté. Une réflexion comparative (Côte d’Ivoire, France, Ouzbékistan) – Vincent Bonnecase : L’Etat, les étrangers et la terre en Côte d’Ivoire sous la colonisation : la construction d’une autochtonie à échelle variable – Caroline Julliot : Richelieu, « Le plus grand des révolutionnaires ? » (Charles Péguy) – Anne-Sophie Lamblin-Gourdin : L’Etat et l’identité européenne : perspective juridique – Benaouda Lebdai : La diaspora postcoloniale ou le décloisonnement des frontières – Franck Laurent : La question identitaire dans les « portraits » d’Albert Memmi : Portrait du colonisateur et Portrait du colonisé ; Portrait du décolonisé – Günter Krause : La naissance du roman autobiographique en Allemagne et la « Heimat » – Joël-William Guibert/Christophe Lamoureux : Une identité restaurée en Bretagne : la fête de l’andouille – Matthieu Rey : « Une décennie de silence », les Kurdes à l’heure d’une absence de rébellion (1946-1958) – Amélie Puzenat : Les notions de sécularisation et de dé-sécularisation en question – Christiane Sfeir : Religion et géographie urbaine : le paysage sacré de Beyrouth – Karl Zimmer : La laïcité anticapitaliste en débat – Alice Kadri : Etat et manuscrits aljamiados (Péninsule ibérique, XVe-XVIe siècles) – Anaïs-Trissa Khatchadourian : Le chiisme en tant que moteur de revendication sociale dans le discours de Moussa Sadr au Liban – Elias Amin : Cristallisation de la personnalité maronite – Najeh Jegham : L’enseignement de l’arabe en France : une langue entravée.